Viande et charcuterie de qualité
Les professionnels de la filière s’engagent à proposer des produits de qualité

Porc et équilibre alimentaire

Première viande dans l’assiette des Français sous forme de viande fraîche et de charcuterie, le porc possède de nombreux atouts nutritionnels et s’intègre parfaitement à une alimentation équilibrée et diversifiée.

Les chiffres clés de la consommation de porc en France

34 kg*, c’est en moyenne la quantité de porc consommée par an et par habitant¹.
Près de 50g pour les adultes et 35g pour les enfants, ce sont en moyenne les quantités de porc consommées par jour.
*Tonne Equivalent Carcasse (TEC)
¹ FranceAgriMer (chiffres 2009).
 
Composition nutritionnelle de la viande de porc
La viande de porc apporte à l’organisme des éléments indispensables à son fonctionnement. 
- Des protéines de bonne qualité¹. Avec 25g² de protéines pour 100g de viande cuite et entre 11 à 28g³ pour la même quantité de charcuteries.
- Des lipides majoritairement insaturés. La plupart des lipides (62%) sont des acides gras insaturés soit de « bonnes graisses ».
- Des vitamines et de minéraux. La viande de porc est une source de fer⁵ et de vitamines, tout particulièrement celles du groupe B.
 
 
Le porc : pas si gras que ça !
Selon les produits, la teneur en lipides oscille entre 3 et 30%. Le jambon et le filet mignon font, par exemple, partie des pièces maigres. Il est aussi à noter que le gras, situé en périphérie du muscle, est le plus souvent visible et s’enlève facilement. Enfin, la rigoureuse sélection des espèces animales, l’évolution de l’alimentation des porcs et l’adaptation des recettes ont permis de diminuer le taux de matières grasses de 25% en 30 ans. 
 
 
Le sel, un ingrédient indispensable en charcuterie 
Le sel est un ingrédient important dans la fabrication des charcuteries. Outre ses propriétés gustatives, il permet de mieux les conserver et ne représente que 11% des apports de sodium quotidiens.
 
 
 
 
 
 
Sodium et lipides en baisse : une filière engagée pour la qualité nutritionnelle 
En novembre 2010, dans le cadre du PNNS, les fabricants de charcuterie ont signé une Charte d’Engagement Volontaire de Progrès Nutritionnels. L’objectif ? Réduire les taux de lipides et de sodium de leurs produits d’au moins 5% d’ici la fin 2013. Cet engagement est la continuité des efforts déjà réalisés dans ce domaine : le taux de sel moyen a par exemple été réduit de 8% entre 1993 et 2007.
 
 
¹ Au regard des habitudes alimentaires des Français, la consommation des produits porcins couvre 10% des besoins journaliers des adultes et des enfants en protéines / Etude INCA2/Crédoc. 
² et ³ « Viande de porc et charcuterie – Allier plaisir et qualités nutritionnelles » / INAPORC. 
 Près de 60% des acides gras sont insaturés / Table Ciqual – table de composition des aliments / Agence National de Sécurité Sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).
100g de viande de porc cuite ou de charcuteries représentent environ 15% des apports journaliers recommandés en fer, les produits carnés (viandes, abats, charcuteries) jusqu’à 20% / « Viande de porc et charcuteries - Allier plaisir et qualités nutritionnelles », INAPORC / INCA 2
 Programme National Nutrition Santé