Porc, une tradition culinaire

La consommation de porc à travers les âges

Il y a plusieurs milliers d’années, l’homme a progressivement abandonné la cueillette et la chasse au profit de l’agriculture et de l’élevage. Le porc, animal omnivore facile à nourrir, est déjà très apprécié, et dès l’antiquité, viandes de porc et charcuteries figuraient en bonne place au menu des grecs et des romains.

Les gaulois, quant à eux, se délectent de jambons salés issus de porcs sauvages qui se nourrissent en forêt de glands et de châtaignes. Leur viande est si bonne que les romains la servent à la table des empereurs.

Au moyen-âge, dans les campagnes, chaque famille a son cochon.

Au XVIIIème, l’apparition de la culture de la pomme de terre offre une nourriture pratique et économique pour le porc.
La France devient alors le premier producteur en Europe.

Le métier de charcutier

Au moyen-âge apparait le métier de charcutier.

Terrines, confits, pâtés, boudins, tripes, andouilles, saucisses et saucissons… maître des cochonnailles et des salaisons, il transforme la viande de porc crue en produits cuisinés, fumés ou salés.

Au fil des siècles, le métier et les savoir-faire se développent.
Chaque région invente ses spécialités, conçues à partir de produits locaux.
Et les recettes deviennent peu à peu des icônes, faisant la renommée de la gastronomie française à travers le monde.

À voir aussi :